L'importance de la socialisation

Comment faire pour que votre chiot soit capable de jouer avec tous les chiens qu’il rencontre, mais qu’il soit aussi capable de rester neutre face aux chiens quand il est avec vous en ville?

En fonction du tempérament de votre chiot et de sa vie future, voici quelques conseils qui vous permettront de rendre votre pomsky sociable.

Pourquoi est-il essentiel de bien socialiser son chiot aux autres chiens ?

Socialiser son pomsky avec ses congénères est une étape cruciale dans son développement. En effet, votre chiot va vivre dans votre foyer, constitué essentiellement d’humains, mais il est pourtant attendu de lui qu’il puisse réagir correctement avec ceux de son espèce, en les respectant et en ne les craignant pas.

Entre ses 8 et 12 à 16 semaines, période à laquelle il débarque dans votre vie, votre chiot est à une période sensible de son développement et de sa socialisation. Les connexions entre ses neurones se développent fortement, et toute nouvelle expérience est durablement enregistrée. Cette période sensible permet également à votre chiot d’être assez résilient face aux nouvelles expériences, pour autant qu’elles ne dépassent pas son seuil de tolérance et qu’elles ne soient bien entendu pas traumatisantes.

Après cette période dite de socialisation qui termine selon les chiots entre ses 12 et 16 semaines, le nombre de créations des connexions neuronales va diminuer et celles qui n’auront pas été stimulées vont purement et simplement disparaitre. Un chiot qui aura été peu stimulé sera alors moins tolérant aux nouvelles expériences. Il faut également savoir qu’après cette phase de socialisation, suit une phase de peurs, plus ou moins grande selon les individus.

Un chiot qui n’aura rencontré aucun chien lors de cette période ou qui aura eu de mauvaises expériences avec ceux-ci peut alors développer une véritable phobie envers ses congénères et réagir par peur.

Donc, socialiser son chiot aux autres chiens, cela se passe dès les premiers jours de l’accueil de votre chiot ! Attention, selon le tempérament de ce dernier, vous verrez que les exercices à pratiquer peuvent varier dans l’ordre et leur fréquence. En effet, un chiot extraverti n’a pas les mêmes défis qu’un chiot plutôt timide pour se sentir à l’aise!

5 mythes sur la socialisation des chiots

Il existe encore de nombreux mythes sur la socialisation des chiots avec les autres chiens, qui malheureusement font de gros dégâts sur les futurs comportements des chiens.

1 – Il faut que le chiot rencontre le plus de chiens possible

Socialiser, cela revient dans la conception de beaucoup, à exposer son chiot à un grand nombre de chiens, parfois de manière non optimale (en laisse, avec tous les chiens rencontrés en rue, etc.)

C’est quelque chose qui était régulièrement suggéré auparavant. Bien que votre chiot rencontre beaucoup de chiens, combien d’entre eux communiquaient correctement ? Qu’a-t-il pu apprendre ?

Il est plutôt important de miser sur la qualité des interactions. Les chiens avec qui votre chiot va interagir doivent être sélectionnés pour leur bonne communication, avec une interaction en liberté ou en longe dans un environnement sécurisé et propice.

Si votre chiot, exubérant et sociable, a le droit d’aller à la rencontre, en laisse, de chaque chien qu’il croise en rue, comment pourra-t-il comprendre qu’il y aura un moment où ce ne sera plus autorisé ? Lorsque votre chien deviendra adolescent, vous ne voudrez plus nécessairement vous arrêter pour dire bonjour à tous les chiens. Votre chiot peut alors développer de la réactivité par frustration envers les autres chiens.

De même, si votre chiot, timide et observateur, doit aller voir chaque chien croisé en rue pour socialiser, comment va-t-il nous indiquer qu’il souhaite aller plus doucement ? Il peut alors être amené à réagir par peur.

2 – Mon chiot ne peut pas rencontrer d’autres chiens avant d’être vacciné

Comme nous l’avons vu plus haut, la fenêtre de socialisation finit entre 12 et 16 semaines, donc vers les 3-4 mois de votre chiot. C’est également à l’âge de 4 mois que le chiot reçoit son dernier vaccin.

Si l’on met dans la balance d’une part les risques liés aux abandons de chiens et aux euthanasies et d’autre part les risques de contamination effective du chiot… ce sont les premiers qui surpassent les seconds !

Il est important de savoir que la mère transmet à ses chiots un certain nombre d’anticorps (pour les maladies auxquelles elle est immunisée) qui les protègent des infections. L’éleveur de votre chiot aura également amené les chiots chez le vétérinaire pour leurs premiers vaccins.

Le chiot qui arrive chez vous bénéficie de ces anticorps ainsi que de sa primo-vaccination. Il est suffisamment bien protégé pour découvrir son environnement ! Cela ne veut pas dire que vous ne devriez pas vacciner votre chiot ou le vermifuger contre les parasites. La vaccination est primordiale chez les chiens et les chiots.

En cas de doute, demandez si les chiens que vous souhaitez rencontrer sont en ordre de vaccination et évitez les rencontres dans des lieux saturés de déjections. Il est également possible de rester à distance et de créer des associations positives avec des chiens !

3 – Le parc à chiens est l’endroit idéal pour socialiser son chiot

Le parc à chiens semble être le lieu idéal pour faire de chouettes rencontres canines, on y voit plusieurs chiens jouer ensemble ! Mais observez bien les interactions canines qui s’y passent : les chiens sont essentiellement adultes, ils jouent parfois de manière musclée, ils peuvent être nombreux, et les règles de jeu ne sont pas toujours bien respectées…

Les risques de mauvaises associations de votre chiot avec des chiens sont énormes : une nuée de chiens adultes et curieux lui fonce dessus pour faire connaissance, une rencontre avec un chien n’aimant pas les chiots, etc.

Une fois de plus, il est nécessaire de sélectionner les chiens qui rencontreront votre chiot ! Le parc à chiens est plutôt indiqué pour le chien adolescent ou adulte extraverti qui aime les rencontres canines actives (séances de jeu entre chiens).

4 – Exposer mon chiot craintif aux autres chiens pour qu’il s’habitue

Si votre chiot est plutôt du genre timide, lui proposer des interactions à répétition ne vont vraiment pas l’aider.

Observez : est-ce que son comportement évolue positivement de manière significative entre deux interactions ? Parvient-il à montrer de véritables comportements sociaux et à jouer de manière équilibrée avec ses congénères ? Si la réponse est non, il est possible que le chiot soit en train de créer une mauvaise association, et au contraire de l’habituer, être en train de se sensibiliser ou d’être immergé dans une expérience dont il ne peut s’échapper.

Cela peut rendre votre chiot encore plus craintif envers les autres chiens et même briser sa confiance en vous. On peut même observer des chiots en état de détresse acquise suite à des situations dont ils ne peuvent échapper.

Entrainez-vous à détecter les signaux de stress de votre chiot et respecter son rythme pour éviter de l’immerger dans une situation désagréable.

Vous pouvez créer des associations positives à l’aide de friandises ! En effet, récompenser un chien qui a peur ne va pas augmenter sa peur, mais l’aidera au contraire à créer une association plus positive avec les autres chiens ! Vous pouvez même prendre votre chiot dans vos bras s’il a trop peur pour prendre la nourriture. Éloignez-le de la source de sa peur et travaillez à plus grande distance.

Pour les chiots timides ou qui ont peur, n’hésitez pas à leur faire rencontrer des chiens particulièrement calmes, capables de ne pas envahir l’espace de votre toutou.

5 – L’âge n’a pas d’importance pour la socialisation entre chiens

Certains éducateurs qui utilisent des méthodes traditionnelles vont recommander de socialiser les chiens qui sont réactifs par peur aux autres chiens.

Après la période de socialisation, se terminant entre 12 et 16 semaines, nous avons vu que le nombre de connexions neuronales diminuait. Toutefois cela ne veut pas dire que tout est fini, et heureusement ! Le cerveau peut encore, tout au long de la vie, créer des liens entre neurones, mais cela prend nettement plus de temps, et on ne parle plus de socialisation.

Une fois la période de socialisation passée, nous pouvons travailler à créer de meilleures associations à distance ou avec l’aide d’un professionnel, mais méfiez-vous des professionnels qui recommandent de socialiser votre chien adulte pour qu’il aime les autres chiens !

Comment socialiser son chiot efficacement aux autres chiens ?

Toutes les façons de socialiser un chiot ne sont pas égales. En effet, chaque chiot et chaque environnement va influer sur la manière idéale de socialiser.

Organiser une séance de jeu avec un ami chien du même âge

Le jeu avec un autre chiot est une excellente idée pour le dépenser et lui permettre de pratiquer ses compétences en langage canin et l’inhibition de la morsure comme il l’a appris dans sa portée.

Par contre, il ne doit en aucun cas être fait sans la supervision des humains. En effet, d’une part, le jeu peut se déséquilibrer si la communication n’est pas respectée, et d’autre part, avec la fatigue, la qualité du jeu peut également se dégrader, et on se retrouve avec des chiots totalement surstimulés qui ont de la difficulté à lire le langage de l’autre.

Les séances de jeu devraient pouvoir être organisées entre deux chiots à la fois, en sélectionnant des tempéraments similaires afin d’avoir un équilibre dans l’interaction.

De même, on va préférer laisser interagir entre eux des chiots de gabarit assez proche. Un chien berger allemand pourrait casser la patte d’un petit chiot pomsky alors qu’ils sont simplement dans le jeu.

Que faire si l’un des chiots a l’air de jouer trop durement ?

Comme nous l’avons mentionné plus haut, le jeu entre chiots ne peut en aucun cas se faire sans la supervision active des humains. Selon le tempérament des chiots et leurs expériences, il est rare que les interactions totalement non contrôlées soient bénéfiques pour eux.

Si un des chiots semble submerger son camarade, ou ne semble pas respecter les demandes de pause de ce dernier, il faut alors procéder à un test de consentement.

Ce test se déroule rapidement : on retient le chiot en question quelques secondes pour interrompre l’interaction. Si le chiot qui semblait débordé revient jouer : il s’agissait pour lui bien d’un jeu.

Si le chiot qui semblait débordé s’éloigne : il ne souhaitait plus cette interaction. Il est alors nécessaire de détourner le chiot dit harcelant pour lui changer les idées avant de reprendre l’interaction, voire lui faire prendre quelques instants de pause. Il n’est pas rare qu’un chiot fatigué commence à harceler son camarade, il est alors nécessaire d’y penser et le cas échéant de cesser la session de jeu et de la remettre à plus tard.

Comment trouver des chiots pour organiser des séances de jeu ?

Voici quelques idées pour trouver des compagnons de jeu pour votre chiot :

  • Faites une demande sur un groupe Facebook, par exemple chez nous en Gironde, nous avons le groupe balade canine 33
  • Vérifiez auprès de vos connaissances pour voir si quelqu’un a adopté un chiot
  • Demandez à votre éducateur canin s’il a d’autres chiots en entraînement qui seraient de bons partenaires de jeu

Apprendre à son chiot à ignorer les autres chiens

Tous les chiens que l’on croise sur la rue n’ont pas spécialement envie de faire la rencontre de votre chiot. Par ailleurs, rencontrer des chiens en laisse n’est en général pas recommandé, car la courte laisse empêche une bonne communication des chiens entre eux.

Apprendre à votre chiot à ne pas aller voir chaque chien, et pas uniquement les chiens réactifs, est donc un exercice extrêmement important qui fait partie intégrante de la socialisation de votre chiot.

En effet, si on laisse son chiot aller systématiquement sur tous les chiens qu’il rencontre, à s’exciter pour y aller, il est fort probable que l’on crée sans le vouloir de la réactivité par frustration, quand pour une raison ou l’autre il ne sera pas possible d’aller voir ce chien !

D’une part, il faut éviter de donner l’accès à un autre chien si votre chiot est totalement surexcité, sans contrôle. Il est nécessaire qu’il apprenne à être relativement calme avant de faire une rencontre (grâce à une promenade à distance par exemple), car cela peut mener à une bagarre si on le lâche en étant surexcité et qu’il arrive comme un fou sur un autre chien.

D’autre part, on peut travailler à distance de ces chiens et créer des associations positives avec des gâteries : « quand j’aperçois un chien, je regarde mon maitre et je reçois des gâteries, trop chouette ! » Quand les réussites sont nombreuses à une certaine distance, on peut alors la diminuer.

Il est également possible d’associer la présence de chiens avec des jeux avec vous, ou des exercices plaisants d’obéissance ou encore des recherches de flair.

Réussir la socialisation de votre chiot pour éviter les problèmes de comportement

Un chiot « tout frais » qui ne connait rien de la vie ne peut compter que sur sa génétique et le travail de son éleveur pour affronter les expériences de la vie. Certes, la génétique et le travail de l’éleveur aident grandement et vous aident à partir dans la bonne direction, mais la socialisation reste primordiale.

Malheureusement, rares sont les chiens qui sont tellement résilients qu’ils sont capables d’affronter les expériences inconnues hors de la période de socialisation avec une totale sérénité. Votre travail de socialisation en partant de ces points fondamentaux va vous permettre de préparer votre chiot à sa vie future et de mettre toutes les chances de votre côté pour un chien bien dans ses pattes.

Sources :  Audrey Boucquey – demaindemaitre.ca

Intéressé pour adopter un chiot Pomsky?

Venez voir si nous avons des chiots disponibles en ce moment.